UN PEU D'HISTOIRE

Le Phare de La Coubre est situé sur la commune de La Tremblade, à l'extrémité nord de l'Estuaire de la Gironde. 
Cette sentinelle de la mer joue un rôle fondamental pour le trafic maritime dans cette partie mouvementée de la côte. Le Phare de La Coubre surveille l’Estuaire de la Gironde depuis 1905 et indique également la présence de bancs de sable dangereux, qui ont causé le naufrage de plusieurs navires. 
C’est le phare le plus haut des côtes Charentaises et l’un des plus puissants de France.
Construit en 1904 et mis en service le 1er octobre 1905, il est le 3ème des Phares de La Coubre.

LE PHARE EN 

 5

DATES CLÉS 

  • 1690 : L'existence d'une balise porte-feu est signalée sur la Pointe de La Coubre.

  • Le premier phare en bois est allumé en 1860. Il s’agit d’un échafaudage provisoire de 30m de haut car l'ancienne balise s'est écroulée en 1785 suite à une tempête. 

  • 1895 : Mise en service du phare en pierre construit à 1,5 km de la côte.

 Dix ans après sa construction, l'érosion marine a fait son œuvre, on construit un brise-lame pour tenter de ralentir l'avancée des vagues, mais inexorablement l'océan ronge.

  • 1904 : Construction du phare actuel situé à 1,8 km du rivage, mis en service le 1er octobre 1905.

  • Le 21 mai 1907, le phare en pierre s'effondre.

LES SECRETS DU PHARE 

Utilité du phare

 

Le Phare de La Coubre est situé sur la pointe du même nom, à l’extrémité Nord de l’Estuaire de la Gironde, le plus vaste d'Europe.

Ce lieu est dangereux pour la navigation à cause des courants et des nombreux bancs de sable qui ont entraîné le naufrage de plusieurs navires au fil du temps (Le Germany en 1872 puis le Volga en 1916).

Au milieu du fût, un feu secondaire (rouge clignotant), appelé « barbette », visible à 23 km signale les bancs de sable qu'il faut éviter et le feu principal allant à 52 km signale avec le Phare de Cordouan, l’entrée dans l’Estuaire de la Gironde.

Naufrage du "Volga" en Novembre 1916 devant le Phare de la Coubre sur sa route entre Tenerife et Bordeaux @Archives Départementales 

"Barbette"

Eclairage 

 

Le phare se doit d’avoir une portée lumineuse importante pour être repéré des navires au loin.

Auparavant, les phares fonctionnaient avec des flammes mais leur lumière se dispersait, diminuant ainsi la portée lumineuse des phares.

Différentes méthodes ont été utilisées pour améliorer la technique et c’est la Lentille de Fresnel, en 1820, qui fut jugée la plus efficace. Le premier modèle a été testé sur l’Arc de Triomphe puis installé sur le Phare de Cordouan en 1823.

Aucun ingénieur n’a trouvé de système plus efficace que la Lentille de Fresnel, toujours utilisée dans les phares.

La lentille, composée de huit lentilles carrées assemblées en plusieurs morceaux, le tout collé sur des glaces, forme alors un prisme octogonal tournant. Dans le musée du phare, il est possible d’admirer l’une de ces lentilles.

Flottant sur une cuve remplie de mercure, pour diminuer les frictions, la lentille du Phare du La Coubre dont l'ampoule possède une puissance de 250 watts, lui permet d’être visible à 52 km. Un gardien devait s’assurer de son bon fonctionnement, mais depuis 2000, le phare est automatisé et plus aucun gardien ne veille.

Différencier les phares la nuit 

 

Chaque phare a sa propre identité lumineuse. La nuit, pour les identifier, on utilise ce qu’on appelle les éclats. Un phare est reconnaissable par le rythme de son feu ainsi que sa couleur.

Au Phare de La Coubre, la lentille tourne et le faisceau lumineux fait 2 éclats toutes les 10 secondes.

Lentille du Phare de la Coubre

L'érosion a eu raison de plusieurs phares

 

Dès le 17ème siècle, on remarque un besoin de signaler les côtes et leurs dangers par une balise porte-feux.

Le premier phare en bois est ensuite allumé en 1860.

A cause de l’érosion, ce phare a été remplacé par un deuxième, en pierre à 1.5km du rivage.

Après 3 ans de travaux, il est allumé en 1895 ; mais seulement 10 ans plus tard l’érosion marine a eu raison de lui. 

Construit à 1.8 km du rivage, le phare actuel, en béton, a été construit en 1904 et allumé pour la première fois en 1905.

Depuis, il guide les navires vers l’entrée de l’Estuaire de la Gironde et en signale les dangers.

Dès 1916, une tempête abîme la dune proche du phare et inquiète la population.

Il est actuellement situé à seulement 150 m du trait de côte, preuve que la nature continue de reprendre ses droits...

@ gallica.bnf.fr

Phare de La Coubre

  • facebook-phare-de-la-coubre
  • instagram-phare-de-la-coubre